Archives pour septembre, 2008

debatdujour-carre

Crise financière : l’Afrique est-elle épargnée ?

Une émission présentée par Jean-François Cadet, avec la collaboration de Véronique Durand.

Les invités du jour sont: Yves Ekoué Amaïzo, directeur du club de réflexion et d’action “Afrology”. auteur de Neutralité coupable Editions Menaibuc, 2008 et Mamadou Mustapha Kassé, conseiller spécial du président Wade pour les affaires économiques, professeur à l’Université Cheikh Anta Diop.

Comment peut-on croire que l’Afrique sera épargnée par la crise financière ? Encore de la propagande pour éviter que les Africains ne viennent demander à ceux qui ont contribué à créer cette crise de ne pas payer Plus >

Afrology.com

Nouvelles Institutions financières africaines : Diversification en marche

Dr. Yves Ekoué Amaïzo

Directeur du groupe de réflexion, d’action et d’influence « Afrology »

En moyenne, près de 75 % des Africains n’ont pas un compte bancaire. Nombreux sont-ils à rencontrer d’énormes difficultés pour accéder au crédit dans des conditions compétitives, transparentes et adaptées.

(suite…)

Togo : Risque repoussé en 2010

Suite à la visite de 48 heures au Togo d’Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat français à la coopération et à la francophonie, la France a doublé son aide au développement au Togo. Celle-ci est passée à 5 millions d’Euro sur la base d’une aide budgétaire exceptionnelle de 2,5 millions d’Euro qui s’inscrit dans le cadre du « Partenariat mondial pour la sécurité alimentaire ». Même au temps fort de l’embargo de l’Union européenne, du Fonds monétaire international (FMI), du groupe de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD), la France est toujours restée aux côtés du Plus >

l_international_logo

Les institutions financières africaines : la convergence d’abord, l’architecture ensuite

Dr. Yves Ekoué Amaïzo, économiste, directeur du think tank « Afrology »

L’Acte constitutif de l’Union africaine (1) rappelle ce qu’il y a lieu de faire ou plutôt ce que la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA) n’a pas réussi à réaliser, ceci en référence aux objectifs affichés en 1963 par les pères fondateurs de l’unité africaine à savoir la création :

  • d’une banque centrale africaine (BCA) ;
  • d’un fonds monétaire africain (FMA) ;
  • et d’une banque d’investissement africaine (BIA). (suite…)
Haut de page