Suite à la crise alimentaire et l’augmentation exponentielle des prix agricoles, certains Etats ont refusé de vendre à l’extérieur leurs produits agricoles tant que la population locale n’aura pas été servie en priorité. La panique de la dépendance alimentaire et les aléas dans l’approvisionnement ont conduit à une ruée vers les terres arables africaines.

De nombreux investisseurs étrangers privés mais aussi des Etats, par le biais d’arrangements concessionnels de long terme, sont en train d’acquérir depuis 2006 plus de 20 millions d’hectares des terres arables de l’Afrique à des coûts Plus >