Archives pour 5 décembre 2009

CODA-interview

Interview avec M. Yves Ekoue Amaïzo (CoDA)

La crise financière mondiale qui impacte négativement les économies africaines, est une opportunité rare pour le continent de redéfinir ses paradigmes du développement.

C’est le message central de la concertation multipartite d’une journée qu’a accueilli la BAD à Tunis samedi 28 novembre 2009, sous les auspices de la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique, présidée par l’ancien président de la république du Botswana, M. Festus Mogae.

La Coalition pour le dialogue sur l’Afrique (CoDA) est une initiative conjointe de la Banque africaine de développement (BAD), de l’Union africaine et de la Plus >

How Rich Countries Got Rich.... and Why Poor countries Stay Poor

AFRIQUE : ALTERNATIVES EMERGENTES

NOTE DE LECTURE CROISEE :
  1. Jean Ping (2009), Et l’Afrique brillera de mille feux, l’Harmattan, Paris, France, 299 pages
  2. Erik Reinert (2008), How Rich Countries Got Rich…. and Why Poor countries Stay Poor”, Anthem Press et Third World Network, London/UK, Delhi/India, 365 pages (version française pour juin 2010)

Commencer un livre avec une conjonction de coordination de type emphatique « et » comme au demeurant le « Et demain l’Afrique » de l’ex-secrétaire général de l’OUA, Edem Kodjo, rappelle que Jean Ping s’inscrit bien dans un processus. Poser des questions, c’est y répondre de manière Plus >

logo coalition for dialog in africa

Africa’s Alternative Response to the Global Financial Crisis (Slideshow)

COALITION FOR DIALOGUE ON AFRICA (CoDA) 2009

Slideshow

Dr. Yves Ekoué AMAÏZO, Expert on Financial Architecture

Prepared for CoDA Conference, Tunis, 28 November 2009

One of the four-fold priorities of CoDA : “Africa’s Response to the Global Financial crisis”

KEY MESSAGES

Africa is suffering from the direct consequences of an exogenous crisis linked to excess deregulation and organization of wealth creation disconnected from production and the real economy. Through its prudent macro-economic management and the weakness of its financial infrastructure, Africa very scarcely operates on the Plus >

Haut de page