Le moins que l’on puisse dire est que tout le processus électoral au Togo n’a permis :

  • ni de sortir le pays d’une longue crise de 43 ans d’un système dynastique,
  • ni à la vérité des urnes de confirmer Faure Gnassingbé comme président légitime,
  • ni de réussir l’alternance politique avec un jeu clair des partis d’opposition.
1. L’Union européenne : financement officiel de confusions électorales au Togo

Le peuple togolais aurait pu s’épargner toutes ces confusions institutionnalisées si : (suite…)