Analyse du 31 décembre 2010

En attendant que la Communauté internationale commence à prendre l’Union Africaine au sérieux et accepte la « Palabre », au sens étymologique du terme, la Côte d’Ivoire se retrouve avec deux Présidents de la République, comme au demeurant le Togo avec Faure Gnassingbé et Jean Pierre Fabre. Sauf que dans le deuxième cas, le candidat n’étant pas celui que la Communauté dite internationale a choisi, les médias dépendant des États, brillent par un silence assourdissant sur le cas Togo.

Du point de vue électoral le Togo et la Côte d’Ivoire présentent la même similitude. La Cour Constitutionnelle de la Côte d’Ivoire et celle du Togo ont toutes deux déclaré un vainqueur de l’élection présidentielle mais dans les deux cas elles éprouvent la même difficulté à retrouver la « vérité des urnes » 1 puisque autant à Lomé qu’à Abidjan, deux camps politiques antagonistes réclament la victoire de l’élection présidentielle.

1. La Diplomatie à géométrie variable

Mais juste à côté, le score de 80 % dès le premier tour au Burkina-Faso, alors que des fraudes massives ont été enregistrées n’a pas non plus ému cette Communauté internationale dès lors que le candidat est celui de son choix. La démocratie de façade fait alors office de paravent pour mieux imposer les candidats de la post-colonie aux Africains. Il ne s’agit donc pas du choix résultant de la vérité des urnes mais de la vérité des urnes telle que la Communauté internationale la conçoit. C’est ainsi que les résultats peuvent être inversés, réarrangés avec l’aide des experts informaticiens qui proviennent parfois d’organisations en charge de la Francophonie.

Culture du paradoxe ou paradoxe d’une culture de la diplomatie à « géométrie variable » du « deux poids deux mesures » actuellement pratiquée en Afrique ? Non ! Il s’agit de la culture de la défense des intérêts de la Communauté internationale qui ne peut penser un instant laisser à l’Afrique, le choix de s’organiser en interne pour faire jaillir la vérité des urnes. Pourtant, il y a problème, dès lors que l’Afrique se met à démasquer les Africains qui ont choisi le « visage noir avec un masque blanc » pour défendre en priorité les intérêts de la Communauté internationale avant celle des populations africaines. En fait, le problème est résolu si la population peut être muselée par une armée non-républicaine trop occupée à organiser et à assurer sa survie alimentaire.

Mais dès lors que l’armée républicaine se préoccupe de travailler pour le peuple africain au lieu de s’organiser pour le mettre au silence, alors l’Afrique avance et la Communauté internationale est obligée de jouer sur le registre de l’hypocrisie avec sa politique de « deux poids, deux mesures ». En effet, c’est cette Communauté internationale qui légitime les régimes africains après avoir imposé le théâtre des commissions électorales dites indépendantes – qui ont toujours des problèmes pour compter les vrais résultats d’urnes difficilement vérifiables – et estimé que la Cour constitutionnelle est la seule en droit de déclarer un Président vainqueur.

Pour le Togo, le Gabon, le Burkina-Faso et la Guinée, cela n’a pas posé de problème même si le débat n’est pas clos sur le choix de celui qui est réellement sorti des urnes. Mais pour la Côte d’Ivoire, les réflexes coloniaux ou plutôt postcoloniaux sont réapparus au point que les Nations Unies, d’habitude neutres, ont perdu la boussole de la neutralité pour prendre parti et surtout ne plus avoir d’autres solutions que la guerre alors que leur mission première est la paix. Dès lors, il faut être clair : ceux qui veulent la guerre sont ceux qui travaillent contre le Peuple ivoirien, mais aussi contre les intérêts de la sous-région. Pourquoi ? L’écart de croissance économique entre les pays riches et l’Afrique est important : autour de 1,5 % de croissance économique moyen pour les pays industrialisés riches et près de 4,5 % pour l’Afrique. Il n’y a donc que la Guerre pour casser cette nouvelle dynamique africaine que la crise financière de 2008 n’a pas pu éroder car l’Afrique économique est restée résiliente.

2. Réduire la dette du Togo pour financer un avion présidentiel

Lorsque Robert ZOELLICK, le Président de la Banque Mondiale s’aligne sur les positions de la Communauté internationale et gèle les financements de la Côte d’Ivoire 2 en attendant la résolution politique du dossier ivoirien, il témoigne de la neutralité qui règne au niveau du Conseil d’Administration de la Banque mondiale, dominée par les pays riches industrialisées.

Lorsque le Club de Paris – qui regroupe l’ensemble des donateurs bilatéraux de l’organisation pour la Coopération et le développement économiques (OCDE) – supprime la dette du Togo  au cours d’une réunion avec le Ministre de l’Économie et des Finances togolais Adji Otèth AYASSOR, les pays créanciers ne font que constater que les taux d’intérêts usuriers qui créent la dette ne permettent pas une soutenabilité de ladite dette et surtout que les pays ne payeront jamais cette dette inique. Alors, dans le cadre de l’initiative PPTE, on décide d’annuler la dette puisque les pays africains se tournent de toutes les façons vers les pays asiatiques notamment la Chine. C’est ainsi que par un jeu d’écriture, le Club de Paris a « accordé une annulation de dette à la République Togolaise dans le cadre de l’initiative renforcée en faveur des Pays Pauvres Très Endettés », pour un montant de 203 millions de dollars US et un « allégement de dette additionnel sur une base bilatérale, pour un montant de 404 millions de dollars ». 3 En réalité, il s’agit d’effacer la dette créée par les taux d’intérêts et de redonner une capacité d’endettement et de dépendance vis-à-vis de la Communauté internationale.

Mais en réalité, de nombreux pays africains ne s’endettent plus auprès des pays occidentaux compte tenu du degré de dépendance et de perte de souveraineté qui s’en suit. Tous vont vers la Chine et ses alliés économiques. Cela change la donne de l’indépendance. Ainsi, la contestation électorale en Côte d’ivoire s’est transformée en lutte contre la fin de la colonisation et la fin de la postcolonie. A ce titre, la communauté internationale est en train de perdre sa crédibilité et le soutien des populations africaines. Le principe de la « palabre » africaine permet si tous les protagonistes en acceptent les termes et les règles, démocratiquement et sans arrogance, de sortir de la crise ivoirienne et vraisemblablement de celles du Togo ou du Gabon.

Pour le Togo,  des groupes d’influence (lobbies de Lomé) ont tenté sans succès d’approcher le Financial Times pour désigner le Ministre togolais de l’économie et des finances, Mr AYASSOR comme le meilleur ministre africain des finances pour 2011.

Faure GNASSINGBE, le président désigné par la Cour Constitutionnelle et avalisé par une certaine Communauté internationale, gratifié de cette manne providentielle en guise de cadeau de Noël, lassé d’emprunter des avions hors d’âge pour ses déplacements, cherche à se doter d’un avion tout neuf 4 qui coûte à peu près l’équivalent de la remise de dette généreusement accordée par la Club de Paris.

Le Club de Paris a-t-il annulé des dettes pour ouvrir de nouvelles facilités de crédit au Togo pour que Faure recommence ses dépenses extravagantes 5, que nous avons déjà eu l’occasion de dénoncer, comme s’il n’y avait pas d’autres dépenses plus urgentes pour le bien-être des populations !

Dans le cas précis du Togo, la Communauté internationale semble bien peu regardante avec la vérité des comptes publics et l’emploi de l’argent normalement destiné au développement. Le Club de Paris va donc permettre à l’un des Présidents du Togo d’avoir accès à un nouveau crédit pour s’acheter un avion présidentiel que des membres de la Communauté internationale s’activent à vendre.

Le Collectif pour la Vérité des Urnes (CVU) demande donc à Faure GNASSINGBE de sursoir à cet achat et de n’endetter à nouveau la Togo que pour créer des richesses pour le Peuple Togolais. Ce serait une décision courageuse compte tenu des pressions occidentales et de l’entourage militaro-affairiste qui pourrait avoir déjà affecté les budgets provenant des commissions…

Côte d’Ivoire : le déraillement de la Communauté internationale

Alors qu’elle se tait pudiquement sur des pratiques démocratiques très peu orthodoxes qui ont droit de cité et se déroulent sous ses yeux en de nombreux autres endroits d’Afrique, la manière dont la Communauté Internationale traite avec tant de précipitation le cas de la Côte d’Ivoire – à la manière d’une charge de cavalerie, au son du canon et avec des bruits de bottes, sans avoir auparavant ailleurs, en Afrique de l’Ouest même, apuré les comptes négatifs de la démocratie (Burkina Faso, Congo, Guinée Equatoriale, Niger, Togo, Tchad…) – semble indiquer qu’elle est en train de dérailler comme un train qui ignorerait les feux rouges allumés partout en Afrique par les combattants de la démocratie et de la vérité des urnes.

La Côte d’Ivoire ne doit pas devenir un nouvel Irak, ni un Afghanistan, ni un Rwanda, ni la Côte d’ivoire coupée en deux ! Car c’est bien cette même communauté internationale qui initie les actions dites de paix ou de démocratie qui n’apportent que désolation pour les populations ! Quant à la paix, c’est celle des cimetières que la population africaine constate. Il faut donc « PALABRER »  au sens Africain, ce qui est le fondement de la démocratie de la cohésion sociale et non la démocratie représentative falsifiable et plaquée sur les cultures africaines. Les Africains sont devenus de plus en plus résistants face à tant d’échecs et de soutien à l’impunité de la Communauté internationale.

Mais au fait, si cette même Communauté internationale avait soutenu les partis politiques structurés sur des bases démocratiques en Afrique, on n’aurait pas aujourd’hui les situations de tragi-comédies que nous connaissons. Notamment lorsque cette même Communauté se propose de s’inviter à la conférence annuelle des Chefs d’État africains à Adis Abeba, prévue à la fin janvier 2011. Ce sera l’occasion de mieux palabrer. Donc avant la tenue de cette palabre à l’Union africaine et certainement après, le CVU demande à la Communauté internationale de mieux regarder en face ses propres responsabilités et d’annoncer qu’elle ne fera pas la guerre sur la terre de paix africaine. Après tout, c’est en Côte d’Ivoire que cette même communauté internationale a choisi de construire une copie conforme de l’Église Saint Pierre du Vatican. Est-ce pour venir y faire une deuxième guerre ? Dieu a-t-il jamais soutenu ceux qui veulent la guerre ?

Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent au sein du peuple en Côte d’Ivoire, comme ailleurs au sein des peuples d’Afrique et du monde pour exiger le recours à la « Palabre » pour régler une question qui concerne en premier lieu la Communauté ivoirienne et son corps électoral. La gestion postcoloniale par Africain interposé doit cesser.

C’est la voie de la sagesse, une sagesse africaine !

Coordinateur international provisoire

Dr Yves Ekoué AMAÏZO

Responsable de la communication

François FABREGAT

Share