Questions sur l’actualité du 10 novembre 2011

Impossible d’être milliardaire en Afrique sans l’Etat. Entre simple bienveillance et véritable agent permettant des rétrocommissions, chacun peut épiloguer sans trouver des preuves.

En ne comptant pas les Chefs d’Etats africains parmi les milliardaires africains car ils sont « hors catégories », Quatre personnalités hors du commun ont été identifiés.

Alico Dangote, du Nigéria, l’homme le plus riche en Afrique subsaharienne vaut en 2011, 3,3 milliards de $US. Il dirige un Conglomérat dans les secteurs du sucre, du riz, du ciment, de l’immobilier, du  textile, de l’énergie et même la « sécurité ».

Entre 1977 et 2011, l’entrepreneur perspicace est passé du commerce à l’industrie. Il n’a pas oublié de profiter de sa proximité avec l’ex-Président Obasanjo dont il aurait partiellement financé la compagne électorale, en remerciement à quelques facilités dans les relations d’affaires.

Au Burkina-Faso, Oumarou Kanazoé le magnat de 81 ans qui domine, sans véritable concurrence le secteur des travaux publics, de la construction d’infrastructures routières au Burkina Faso. Il a commencé à vendre du coton, du sel, des sandales et de la kola avant d’opter pour la petite restauration, le transport notamment de matériaux de construction de routes, ce qui l’a amené à se concentrer sur l’infrastructure (route et bâtiments). Très proche du pouvoir, il a prévu la relève avec l’ainé de ses 30 enfants et n’oublie pas d’investir dans les 30 millions d’Euro par an.

Strivef Misiyiwa, est né en période coloniale dans le pays qui  est devenu le Zimbabwe. Après des études en Ecosse, il rejoint l’armée de libération nationale de son pays en 1978, travaille dans la bureaucratie de la société nationale de télécommunications en 1984 avant de se lancer dans L’entrepreneuriat. Mais l’Etat africain, anti-secteur privé, refuse  de lui accorder une licence de téléphonie mobile. Il lance un contentieux juridique de plusieurs années contre l’Etat qu’il gagnera au niveau de la Cour suprême du pays. Chose impossible dans un pays francophone africain à l’époque. Il choisit le sous-secteur du téléphone sans fil (Wireless) est se diversifie dans plus de huit pays y compris la Nouvelle-Zélande, le Royaume Uni avec plus de 300 millions de $US de chiffre d’affaires, en augmentation régulière… mais c’est grâce au Commonwealth, un espace de coopération plus transparent en référence à la zone franc que les diversifications ont été facilitées.

Mr Aworet Dossou, béninois, maîtrise en Ingénierie. C’est dans le pétrole au Gabon durant plus de 20 ans en tant que Director Général de l’Exploration et de l’Exploitation des Hydrocarbures (DGEEH). IL devint rapidement le Conseil spécial du Président Omar Bongo Ondimba en matière d’hydrocarbures et représentant le Gabon à l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs du Pétrole) dont il assuré la présidence par deux fois. Conseiller spécial aussi du Président Congo, Il est aujourd’hui le PDG de Petrolin basée en Suisse et dirige plusieurs autres sociétés (Pardev, Amerada Hess Production Gabon, Pizo-Shell et Fiba Bank). Très actif dans les projets agricoles et transports, il soutient beaucoup d’organisations de la société civile africaine.

Il faut donc retenir que certains milliardaires ont profité de leur proximité avec l’Etat. Certains n’oublient pas de les remercier à leur manière. YEA

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi à 6h33, 7h33 et 8h33.

Pièces Jointes

Quatre milliardaires africains : sans huiler l’Etat, mission impossible !
Titre: Quatre milliardaires africains : sans huiler l’Etat, mission impossible ! (62 clics)
Légende:
Description :
Nom du fichier: africa1-10nov2011-quatre-milliardaires-africains-huiler.pdf
Taille: 347 kB

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Share