Questions sur l’actualité du 9 Janvier 2012

Chanter ou déchanter, « that is the question ? » autant ce fut la réjouissance car c’est un vrai rival et concurrent du Président sortant Abdoulaye Wade.

Mais, dans les rangs de l’opposition politique, c’est du jamais vu. Cette popularité acquise avec les « en-bas-d’en-bas » risque de faire mal à ceux qui se sont habitués à jouer dans la cour des « en-haut-d’en-haut », surtout quand ils ne sont pas Sénégalais.

Si Youssou Ndour réussit comme en chanson, alors, la prochaine capitale de l’Union africaine risque d’être Dakar. Les infrastructures vont d’ailleurs dans ce sens.

Dans un pays très conservateur, celui qui va tenter d’incarner « l’Alternative » et non « l’Alternance » d’Abdoulaye Wade n’a pas été très bien accueilli par la presse locale.

Chacun n’a qu’à rester dans son « métier » et les vaches sont bien gardées, disent certains. Sauf qu’il s’agit de journaux qui appartiennent ou militent pour les dirigeants politiques actuels empêtrés dans des luttes intestines et incapables d’offrir aux Sénégalais et Sénégalaises, une candidature commune et crédible proposant un programme répondant aux attentes notamment des jeunes.

Alors il faut regarder du côté d’un autre pays africain que la nature à fait dériver en Caraïbes, Haïti. Là, les élections présidentielles ont été cafouillées mais les Etats-Unis de Barack Obama ont stoppé les pratiques d’une ex-puissance coloniale francophone et a demandé le recomptage des voix. Surprise, c’est un chanteur, Michel Martelly qui a gagné les élections présidentielles en Haïti. Il faut espérer que les choses se passent mieux au Sénégal mais la vigilance commande que les Sénégalais et les associations de la société civile s’organisent pour éviter les fraudes. Car sinon, on la connaît la chanson. Ce n’est pas celle de Youssou Ndour et ce n’est pas la danse du « ventilateur » qui fera passer par pertes et profits les contre-vérités des urnes. Alors c’est quoi la polémique ? Youssou aurait dit qu’il ne se présenterait pas, puis se dédie.

 Mais chacun sait qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Mais, le problème s’il commence à changer d’avis si tôt, alors il pourrait tout aussi dire qu’il ne se présente plus. A quelle condition ? Nul ne le sait ! La réalité des faits est que Youssou Ndour aurait dû soutenir une candidature et faire gagner des camps de l’opposition. Mais, peut-être qu’il n’a trouvé personne à soutenir. Alors c’est la déstabilisation dans le camp de l’opposition car si on n’y prête attention, personne ne saura faire la différence entre l’hymne national sénégalais et les chansons symboles de Youssou Ndour. Et c’est cela qui fait d’abord gagner les élections. Après, on verra bien puisqu’il s’agit d’abord de répondre à l’attente des nombreux jeunes et de moins jeunes Sénégalais qui veulent « dégager » Wade pacifiquement et donc démocratiquement.

Mais un Youssou Ndour peut en cacher un autre. Derrière le chanteur, c’est un redoutable gagneur et chef d’entreprise. C’est aussi un Monsieur qui ne fait pas de compromis tordu, ou en tout cas n’est pas connu pour cela. Il serait le candidat de l’éthique et des valeurs. Il a fait la promotion du Sénégal et de sa culture à l’international. Youssou Ndour va-t-il réussir le pari, comme pour Michel Martelly à Haïti, de ramener l’éthique et le sens du bien commun au Sénégal ? Youssou Ndour peut-il se faire corrompre ? Pas plus, pas moins que tous les autres politiciens. Mais il a la capacité de ratisser large. Alors pas de fausses notes car les coups en politique sonnent comme une dysharmonie en musique. Alors à quand le programme politique ? YEA.

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi à 6h33, 7h33 et 8h33.

Pièces Jointes

Un chanteur Président au Sénégal : Youssou Ndour copie Michel Martelly
Titre: Un chanteur Président au Sénégal : Youssou Ndour copie Michel Martelly (80 clics)
Légende:
Description :
Nom du fichier: africa1-9jan2012-youssou-ndour-president.pdf
Taille: 139 kB

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Share