Questions sur l’actualité du 6 Février 2012

Si tout semble être rentré dans l’ordre au plan de l’alternance politique en Tunisie, ce n’est manifestement pas le cas en Libye. Les ex-rebelles refusent de rendre les armes et constituent des milices indépendantes qui font leur propre loi sur des territoires qu’ils déterminent à leur guise.

Les bavures ne sont pas absentes. En fait des anciens loyalistes au clan du Colonel Kadhafi et qui ont apparemment aidé la rébellion à faire tourner la page de l’ère Kadhafi seraient rebaptisés en Conseil militaire de Gharyan (CNG) avec le Colonel Ahmed Omar Ibrahim Al-Fakhi.

En cherchant à les désarmer, l’armée régulière du Conseil National de Transition a réussi à capturer quelques éléments du CMG mais rapidement, ce furent des représailles. Apparemment, un homme de Gharyan aurait été poignardé et laissé nu dans un marché aux légumes à 80 km au sud de Tripoli entre Assaba et Gharyan.

Les combattants de la Brigade des Martyrs de Gharyan ont vivement répliqué avec des roquettes et des mitrailleuses… Bilan, plusieurs morts et des prisonniers de part et d’autre. Pour calmer le jeu, le Premier ministre intérimaire Abdurrahim al-Keib, le ministre de la Défense Osama al-Juweili et un Mufti libyen Sadeq Al-Gharyani ont dû se déplacer pour négocier un cessez le feu. Malheureusement, des tortures ont été constatées dans les prisons du CNT, ce envers les anciens pro-kadhafistes. Les droits humains ne sont pas à sens unique.

Personne ne doit sous-estimer l’indépendance des entités communales héritée d’une forme de démocratie directe existante au temps de Mouammar Kadhafi. Aussi c’est le chef du conseil civil de la commune de Gharyan, Ibrahim Omar Saadi, qui a envoyé des négociateurs à Tripoli pour des négociations de deux jours qui ont abouti à un cessez-le-feu provisoire le 15 janvier 2012 assorti d’échanges de prisonniers. Le problème de fond n’est pas réglé. Comment les habitants de Gharyan vont livrer leurs propres frères ou sœurs résidant dans la commune qui a soutenu le système Kadhafi par le passé ? C’est tout le challenge de savoir arrêter les représailles pour reconstruire la paix qui se pose à la Libye du CNT. Il ne faut surtout pas prêter attention à la phobie occidentale, qui voit en Libye et souvent partout dans le monde arabe, l’émergence d’une guerre entre les tenants de l’Islam fondamentaliste et l’Islam modéré. L’islamophobie occidentale a souvent son corollaire dans le monde arabe.  Il existe une occidentalophobie voir une francophobie dans le cas de la Libye.

Le Président du CNT Moustapha Abdeljalil et plusieurs membres du Conseil sont venus à Benghazi pour expliquer la nouvelle loi électorale élaborée par le CNT en prévision de l’élection prévue en juin 2012 d’une assemblée constituante et de la composition de la Commission. Le problème est que le CNT semble avoir perdu sa crédibilité et la confiance avec le peuple s’est effritée en très peu de temps principalement pour des raisons de corruption et d’arbitrages favorisant les intérêts occidentaux. C’est ainsi que le siège du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi, siège de l’insurrection à l’est de la Libye, a été saccagé par des manifestants en colère le 21 janvier 2012. Lorsque le chef du CNT est sorti pour tenter de les calmer, il a été copieusement conspué par les manifestants, des bouteilles plastiques ont été jetées. C’est donc la désillusion. Il a même été question de révocation des responsables tant du régime déchu que des membres du CNT car il n’y a pas de transparence dans la gouvernance du CNT. Le silence de l’OTAN et des pays occidentaux qui portaient l’étendard de la démocratie est désolant.

L’Occident et plus particulièrement la France notamment le ministère français de la Défense ne parle plus « d’engagement des volontés » et de « l’urgence de protéger » surtout que l’imbroglio de la Syrie et de l’Iran embarrasse et occupe la Communauté.

Les oppositions au CNT se retrouvent paradoxalement à Misrata et à Benghazi, et de nombreux anciens « kadhafistes » semblent trouver un justificatif dans le manque de transparence du CNT et bénéficier d’appuis non négligeables auprès des groupes ethniques comme les Touaregs et les Berbères marginalisés par le CNT. Face à cette nouvelle «Résistance verte» qui s’organise contre « le CNT et Al-Qaïda», le CNT n’a pas trouvé d’autres moyens que demander l’aide américaine et des bruits courent que 12 000 soldats américains pourraient être déployés en Libye…. Un nouvel Irak serait donc en préparation. YEA.

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi à 6h33, 7h33 et 8h33.

Pièces Jointes

Lybie : entre manque de transparence, nouvelle résistance et probable intervention américaine ?
Titre: Lybie : entre manque de transparence, nouvelle résistance et probable intervention américaine ? (205 clics)
Légende:
Description :
Nom du fichier: africa1-6fev2012-libye-entre-manque-de-transparence.pdf
Taille: 138 kB

Share