Questions sur l’actualité du 22 Mars 2012

A la fin de la conférence des chefs d’Etat africains d’Addis Abéba en Ethiopie en fin janvier 2012, on a assisté à l’éternelle absence d’anticipation des chefs d’Etats africains. Alors qu’une forme nouvelle de démocratie faisait son entrée, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ex-épouse du Président sud-africain  Jacob Zuma a dû abandonner ses ambitions de devenir le Président de la Commission de l’Union africaine.

Mais c’est oublier qu’il faut au moins une majorité qualifiée pour que Jean Ping, le Président sortant puisse l’emporter. Il a été désavoué par les pays anglophones notamment l’Afrique australe et de l’est. Une des raisons invoquées qui revient de manière récurrente sans qu’aucune preuve ne soit apportée, est que Jean Ping, via le Gabon, serait la voix du Président Sarkozy au sein de l’Union africaine.

Alors aucun anglophone et surtout pas le Rwanda ne souhaite voter pour un « candidat de la France » qui a à son actif les interventions dites d’ingérence en Côte d’Ivoire et en Libye. Alors les méthodes considérées comme « honteuses » de la France comme le kidnapping et la déportation humiliante pour l’Afrique de l’ex-Président Gbagbo et son transfèrement à la Cour pénale internationale et les conditions sanglantes dans lesquelles l’assassinat du « Guide et Colonel Kadhafi » sont intervenu ont stoppé les hésitations. Pour se sortir d’affaire, les chefs d’Etat ont opté pour prolonger de 6 mois le mandat de Jean Ping pour expédier les affaires courantes. Pourtant, c’est au cours de cette période que de nombreux directeurs sont nommés.

Les deux candidats malheureux voulaient se représenter pour juillet 2012. Il semble qu’il n’en serait rien car les Présidents Africains semblent regretter la période où l’Union africaine brillait au moins par l’éloquence et les discours plein d’emphases de l’ex-Président Alpha Omar Konaré, ex-Président de la Commission de l’Union africaine. Alors, bien que rien n’ait encore filtré, il semble bien que ce soit un outsider de poids qui va mettre tout le monde d’accord.

L’ex Chef d’Etat ghanéen, Jerry John Rawlings, devrait poser sa candidature pour le poste de Président de la Commission de l’Union africaine (UA), en juillet prochain. La conférence se tiendra à Lilongwe, au Malawi.

Quelles sont ses chances ? Un capitaine d’aviation devrait pouvoir faire planer l’Union africaine très haut. Pour ce faire, il faut compter sur des principaux pays qui financent le budget régulier de l’Union africaine. Il s’agit surtout de l’Afrique du Sud, le Nigéria, l’Algérie et la Guinée Equatoriale… De nombreux pays sont des exportateurs de pétrole ou de minéraux pourraient avoir leur mot à dire. Mais en fait, il suffit que l’Afrique du sud et le Nigeria se mettent d’accord pour que l’Afrique avance.

Ce qu’il y a de sûr, ce n’est pas Jerry Rawlings qui ira se plier aux injonctions d’une quelconque puissance étrangère. Alors, est-ce un moyen non seulement de nettoyer l’humiliation pour l’Union africaine en tant qu’institution ? N’est-ce pas un moyen extraordinaire de remplir les caisses de l’Union africaine avec l’argent des Africains compte tenu de la crédibilité encore intacte de JR ? Alors, espérons que cette ambition puisse devenir réalité car ce qu’il n’a pas pu terminer de faire au Ghana, il pourrait le faire à l’Union africaine. Et ce n’est pas lui qui viendrait contrecarrer les visions d’un autre feu Président ghanéen, Kwame N’Krumah qui militait et voulait déjà les Etats-Unis d’Afrique en 1963.

Les chefs d’Etat africains aiment danser en faisant un pas en avant et deux en arrière comme de nombreuses danses traditionnelles africaines. Mais après avoir décidé de ne plus avoir un Chef d’Etat qui peut les « toiser », ils ont choisi un bureaucrate avec une diplomatie de l’ombre. Maintenant que cela s’est révélé être une erreur de stratégie, il semble qu’un ex-chef d’Etat intègre pourrait faire oublier les erreurs passées. Mais en réalité, c’est bien la volonté des grands pays d’Afrique de reprendre le contrôle du destin de l’Afrique qui risque de l’emporter.

Jerry Rawlings pourrait alors être le candidat qui arrive au bon moment, au bon  endroit, surtout que le Ghana est devenu un pays pétrolier qui va compter encore plus qu’avant. Alors espérons que JR apportera du Ghana l’éthique, la vérité des urnes, la paix et aussi la décentralisation des pouvoirs. Tout un programme. YEA.

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi à 6h33, 7h33 et 8h33.

Pièces Jointes

Et si Jerry Rawlings était élu à la tête de la Commission de l’Union africaine ?
Titre: Et si Jerry Rawlings était élu à la tête de la Commission de l’Union africaine ? (85 clics)
Légende:
Description : Questions sur l’actualité du 22 mars 2012
Nom du fichier: africa1-22mars2012-jerry-rawlings.pdf
Taille: 138 kB

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Share