Questions sur l’actualité du 20 Avril 2012

Sous la direction d’un Holding, Waterville Holdings Ltd installé dans les paradis fiscaux (Iles vierges britanniques), des sociétés autrichiennes M-Powapak GmbH et Vamed Engineering GmbH & Co et une banque autrichienne (Bank Austria) semblent impliquées dans une affaire de corruption au Ghana. Il s’agissait de construire, de réhabiliter des stades, exploiter une mine de cobalt et installer 6 hôpitaux dans le pays.

Vamed est une société autrichienne qui a déjà travaillé au Ghana dans le secteur des contrats publics de constructions d’équipements liés à la santé.  Par contre, il est curieux que la société M-Powapak soit identifiée comme un professionnel spécialiste de la fabrication des aliments, la transformation et commerce de gros.

Mr Alfred Agbesi Woyome, un ghanéen, était membre de l’équipe d’experts de la société  autrichienne Vamed mais était aussi le vice-consul de l’Autriche au Ghana. Que dire des conflits d’intérêts quand le gouvernement autrichien ne vérifie même pas qui est ou pas vice-consul ? Un mémorandum d’accord entre le Gouvernement ghanéen et la société Vamed devait permettre à celle-ci d’identifier, apporter et mobiliser les fonds si elle remportait une partie de l’appel d’offres.

Vamed a choisi de créer une société écran qui servira pour l’exécution du contrat, ce en conformité avec des conditions exigées par les institutions financières multilatérales de Washington notamment pour bénéficier de garanties de l’Etat. En effet, de nombreux Etats africains engagent la garantie de l’Etat avec remboursement dans 50 ans ou plus afin d’accéder à des financements de type concessionnel, taux bonifié ou préférentiel.

Le gouvernement ghanéen a dégagé sa responsabilité en l’incluant dans le protocole d’accord de manière explicite : le gouvernement n’avait aucune relation contractuelle avec  la société Vamed. Celle-ci s’est fondue dans une autre structure qu’est Austro-Invest qui elle-même est une sous-traitante du Holding Waterville.  Le financement pressenti devait provenir de la Bank Austria Creditanstalt organisé par le Consortium qui semble donc solidaire à ce stade.

 Toutefois, d’après Mr Woyomé, un arrangement contractuel liait les trois principales sociétés sous la forme d’un consortium M-Power Pak / austro Invest / Holdings Waterville. La somme astronomique mentionnée est de €1.106.470.587 soit plus de 1100 millions d’Euros. Un ou plusieurs des hôpitaux ont été présentés comme un « cadeau » au Gouvernement si ce dernier s’engageait à payer les autres hôpitaux… Cela permettrait d’accéder à des fonds concessionnels et des taux d’intérêts faibles. Les banques clairement impliquées sont la Bank Austria, la MIGA de la Banque mondiale, l’Exim Bank des Etats-Unis (bilatéral) et le Holding Waterville BVI. Ces derniers semblent tous démentir leur participation et estiment qu’il n’y a jamais eu d’arrangements contractuels légaux.

Pourtant, Mr Woyome a exigé en avril 2012 que le gouvernement du Ghana lui paye le coût de l’arrangement financier qui était établi à 2% de tous les montants légalement offerts par la Bank Austria au Gouvernement du Ghana, soit 22.129.411,74 d’Euros. Cela équivaut d’ailleurs à des frais d’honoraires pour son travail professionnel d’ingénierie financière exécuté avec un financement de la Bank Austria dans le cadre de la Coupe des Nations africaines 2008 notamment pour l’ensemble des volets « Construction des stades et projets connexes ». Pourtant, il semble, et c’est la position du Gouvernement ghanéen, que le contrat entre le Gouvernement du Ghana et de Waterville aurait été résilié par le Gouvernement du Ghana qui était contre tout paiement à Mr. Woyome. Pourtant, le procureur général, Mme Betty Mould-Iddrisu, avait chargé le ministre des Finances et de la planification économique du Ghana de payer avant le 31 Mars 2010.

Rien n’a été fait. Mr Woyome n’a pas encore apporté la preuve des contrats le liant avec toutes ses sociétés partenaires de ce projet-scandale. A moins que ce ne soit une technique de défense, il faudra alors faire attention aux révélations en fin d’année lors de la campagne électorale pour la présidentielle au Ghana.

John Atta Mills pourrait y perdre son poste si le doute persiste. YEA.

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi à 6h33, 7h33 et 8h33.

Pièces Jointes

Ghana, pas de corruption sans corrupteurs : des ressortissants autrichiens impliqués (2e partie)
Titre: Ghana, pas de corruption sans corrupteurs : des ressortissants autrichiens impliqués (2e partie) (97 clics)
Légende:
Description : Questions sur l’actualité du 20 avril 2012
Nom du fichier: africa1-20avril2012-ghana-2e-partie.pdf
Taille: 97 kB

Share