Questions sur l’actualité du 16 Mai 2012

En Afrique, les Albinos sont victimes d’exclusion, de persécutions, d’harcèlement divers, d’enlèvement et de séquestration, de viols et de meurtres afin d’assouvir des besoins bassement égoïstes d’individus ou groupes d’individus irresponsables prêts à croire au sorcier local, souvent ignorant et inculte mais disposant de pouvoirs qui terrorisent la population.

Alors sous couvert de cérémonies magiques devant permettre de résoudre un problème, le « sorcier » règne sur une population acquise à ses délires. Celle-ci, pour sortir des problèmes bassement matériels dans lesquels elle se fourvoie elle-même, finit par accepter les conditions draconiennes suggérées par le sorcier, qui d’ailleurs n’est pas responsable dans le processus.

C’est ainsi que les maltraitances pouvant aller jusqu’aux meurtres, se retrouvent dans de nombreux pays africains mais plus particulièrement au Mali, au Cameroun, dans les deux Congos, au Kenya, au Burundi, en Tanzanie, etc.

Des conditions commencent à tomber mais il y a encore beaucoup d’impunités. Le sorcier est rarement inquiété car il n’a souvent jamais commis d’actes directement répréhensibles. Des associations de protection des Albinos commencent à voir le jour et les médias africains commencent à en parler… 2 condamnations en justice pour 57 meurtres d’albinos en 2007 ont été rapportées par l’ONG canadienne «Under the same Sun » (sous le même soleil) qui se désole que les condamnés sont dans la nature…

Les sommes en jeu pour des trafics d’organes avoisinent des 75 000 $US pour fournir les bras, les jambes et des parties du visage. Avec environ 3000 $ pour un membre, on recense près de 170 000 cas d’albinos pour 38 millions d’habitants en Tanzanie.

 Certains estiment qu’il est plus difficile de braconner l’éléphant pour sa défense en ivoire que de s’en prendre impunément à des Albinos. Ce sujet n’a jamais été sur l’agenda de l’Union africaine et de nombreux gouvernements africains afin d’éradiquer ces pratiques d’Afrique. Des enfants albinos en bas âge sont régulièrement mutilés dans la région du Lac Victoria en Tanzanie. On constate que la pauvreté et l’analphabétisation transforment des fausses croyances en paranoïa dès lors qu’un enfant albinos, blanc donc, nait de deux parents noirs.

Il y a dépigmentation de la peau, des yeux et des cheveux. C’est d’ailleurs souvent aux parents de subir les foudres de la police locale qui trouvent de nombreux cas de parents confiant leurs enfants à des intermédiaires véreux qui promettent de financer l’école et se contentent du trafic de chair humaine pour de l’argent.

Il suffit alors pour le sorcier du coin d’alimenter les croyances pour que le système perdure. Les parents désemparés finissent par préférer confier l’enfant à l’internat de Mitindo, situé à une trentaine de km de la ville de Mwanza en Tanzanie, afin d’avoir la « paix ». Ils se séparent de l’enfant de peur d’être accusés d’avoir vendu l’enfant en cas d’agressions, de kidnapping ou de meurtres de l’enfant. Si c’est cela la pratique traditionnelle, il faut que la Diaspora s’engage. Avec une protection approximative, une justice inefficace, une société africaine laxiste et certains médias africains qui considèrent qu’il ne s’agit là que d’un fait divers, l’égalité entre les humains, avec et sans mélanine, doit être précisée dans les constitutions et dans la déclaration universelle des droits humains. Les médias africains doivent parler si les Etats sont laxistes.

Mais rien ne remplacera l’éducation et les campagnes d’information dans les zones rurales. YEA.

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi à 6h33, 7h33 et 8h33.

Pièces Jointes

Meurtre d’Albinos en Afrique : ignorance, impunité et silence coupable
Titre: Meurtre d’Albinos en Afrique : ignorance, impunité et silence coupable (89 clics)
Légende:
Description : Questions sur l’actualité du 16 mai 2012
Nom du fichier: africa1-16mai2012-meurtres-d-albinos.pdf
Taille: 136 kB

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Share