Lomé : Incendie du Marché

ANALYSE DU 19 JANVIER 2013

LES CONDITIONS NE SONT PAS REUNIES POUR PARTICIPER AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DU 24 MARS 2013

En fin de compte, 2012 ne fut pas l’année de la fin du monde. C’est tant mieux ! Mais, – comme dans le monde entier – elle fut au Togo celle des faux prophètes de tous bords. Certains n’ont pas hésité à annoncer hasardeusement, faussement et prématurément la fin de Faure GNASSINGBE. Aussitôt passé la période des vœux – souvent pétris d’hypocrisie – la réalité a vite rattrapé ceux qui ont pu rêver l’espace de quelques jours de la disparition physique du satrape. Le système GNASSINGBE régit toujours le Togo, écrase la vie quotidienne des togolais sous une multitude de pesanteurs. Les événements sociaux et politiques qui rythment l’actualité togolaise, 1 en ce début d’année électorale, démontrent pour la énième fois le caractère antisocial et répressif de la politique menée par Faure GNASSINGBE et l’oligarchie qui le soutient.

Au moment où se multiplient les foyers dans un Togo qui brûle de toutes parts – marchés de Kara et Lomé, locaux de la Sté CIB-Inta à Atakpamé, domicile du Col KPELENGA 2 à Kara… – en raison d’incendies, dus semble-t-il à une série d’actes malveillants caractérisés, le pouvoir assimile ce climat d’insécurité à une « situation insurrectionnelle » dont il se sert comme prétexte  pour accentuer la répression politique 3 et sociale qu’il a exercé sans discontinuer depuis sa réélection illégitime du 4 mars 2010 par un scrutin qui ne reflète pas la vérité des urnes.

  1. VŒUX 2013 : UN DISCOURS CREUX ET PLEIN D’AUTOSATISFACTION

«…Notre objectif est de refonder la société togolaise sur de nouvelles valeurs et de faire du Togo de demain une terre de cohésion, de concorde et de prospérité économique. …» Faure Gnassingbé Vœux à la Nation 2013

En ces termes le Chef de l’Etat, s’adressait aux togolais en leur présentant ses vœux pour l’année 2013. Oui nous ne rêvons pas ! Faure GNASSINGBE parle de donner au Togo de nouvelles « Valeurs ». Considérant l’intention affichée quel démocrate sincère n’adhèrerait pas avec enthousiasme à l’objectif proposé ?

Le seul problème, c’est que le porte-plume « nègre blanc » qui écrit ou corrige en dernier ressort les discours de Faure GNASSINGBE, a oublié de préciser dans la suite du discours quelles « Valeurs » il entendait proposer à ses compatriotes.

Ce que Faure GNASSINGBE – pourtant Président de la République en exercice – semble ignorer c’est qu’en démocratie un certain nombre de valeurs sont « universelles » et qu’y déroger un tant soit peu comme c’est le cas au Togo depuis plus de quarante ans confine inexorablement à la dictature ou l’autocratie. En considérant les « valeurs » cardinales qui justifient l’exercice démocratique du pouvoir les togolais aimeraient connaitre très rapidement ses véritables intentions en matière de :

  • Justice : Faure GNASSINGBE aurait-il décidé à partir de 2013 de pratiquer une véritable séparation des pouvoirs en libérant l’ensemble du Corps judiciaire des contraintes permanentes exercées sur lui par le pouvoir politique soutenu à bout de bras par les Forces Armées Togolaises (FAT) ? Pour cela il est impératif que la réforme de la justice entamée depuis des années et jamais aboutie soit enfin mise en œuvre !
  • Ø Politique : Faure GNASSINGBE aurait-il décidé à partir de 2013 de redonner des lettres de noblesse à l’exercice politique au Togo, en créant enfin les conditions pour que puisse s’exprimer la « vérité des urnes » dans tous les scrutins, notamment les élections législatives du 24 mars 2013. 4. Dans ce cas il convient de réformer immédiatement la CENI 5 et la Cour Constitutionnelle ! 6
  • Ø Finances Publiques : Faure GNASSINGBE aurait-il décidé à partir de 2013 d’instituer la « vérité des comptes » dans la gestion des affaires publiques, d’affecter l’ensemble des rentrées fiscales, des taxes douanière, des recettes des entreprises  publiques au budget de l’Etat Togolais. Dans ce cas il convient que le parlement vote immédiatement une loi rectificative du Collectif budgétaire pour augmenter substantiellement le budget 2013.  7 Il doit aussi prendre ses responsabilités dans l’indemnisation des victimes des incendies de Lomé et Kara, au lieu de s’en remettre uniquement à l’action du secteur bancaire et des institutions de micro finance. 8
  • FAT et FORCES de SECURITE: Faure GNASSINGBE aurait-il décidé à partir de 2013 de rendre le Forces Armées Togolaises, la Police et la Gendarmerie togolaises à leur véritable vocation, celle de la protection de la « Nation » et du Peuple togolais ? Dans ce cas Faure GNASSINGBE, Président de la République, Chef des Armées, doit immédiatement prendre les dispositions qui s’imposent. Il doit immédiatement – entre autres – arrêter la répression des manifestations politiques et syndicales pacifiques par les FAT et les Forces de Sécurité, punir les auteurs des arrestations arbitraires en dehors de toute procédure judiciaire, libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers politiques 9. Il ne faut pas non plus oublier les éléments républicains des FAT, qui ne supportent plus d’être utilisés à des fins partisanes  10!

Si les membres « républicains » des FAT, se taisent, laissent tabasser sans rien dire des représentants de l’opposition démocratique, se voilent la face devant les pires exactions et le détournement de fonds publics à des fins privées par des collègues ou par leur hiérarchie, comment peuvent-ils demander à ne pas être considérés comme complices ?

  1. LES INCENDIES ALOURDISSENT LE CLIMAT DE TROUBLE ET D’INSECURITE MAIS PROVOQUENT DES ACTIONS DE SOLIDARITE !

«…Je forme le vœu ardent que la nouvelle année soit pour tous les Togolais, l’occasion de sceller davantage le lien de fraternité et de solidarité qui les unit, au-delà de tout… Je me réjouis toutefois de constater qu’en dépit de tout, l’immense majorité silencieuse, l’immense majorité des Togolais ne s’est jamais trompée de combat…» Faure Gnassingbé Vœux à la Nation 2013

Les incendies de Kara et Lomé ont mis en évidence l’incurie de l’Etat togolais à travers l’inorganisation et le manque d’équipement criant des Sapeurs-Pompiers de Lomé et Kara. Au grand marché de Lomé, les pompiers n’avaient pas accès à l’eau, ils ont dû utiliser l’eau potable de camions chargés de l’amener depuis des quartiers où elle fait déjà défaut. Les tuyaux des lances à incendies étaient pleins de vent, de la même qualité que les propos lénifiants de Faure GNASSINGBE dans son message de vœux à la Nation. Les femmes vendeuses du marché vont attendre les mesures annoncées, comme la promesse d’une enquête indépendante qui risque de durer… 11

Ces incendies interviennent aussi à un moment particulier. Il y a peu de temps les vendeuses du grand marché se sont mobilisées, contre le projet du gouvernement de déplacer leur marché. Le projet a donc – provisoirement – avorté. L’incendie devrait certainement permettre désormais, par la force des choses,  de faire ce qui n’avait pu l’être alors.

Lors de la manifestation du jeudi 10 janvier au cours de laquelle de Président de l ‘A.D.D.I. a été molesté et arrêté, des femmes se sont totalement dénudées et ont proféré des insultes très imagées envers les gendarmes.

Au cours des manifestations, lorsque les manifestants sont poursuivis par les forces de sécurité, il arrive que des habitants ouvrent leurs portes pour leur permettre d’échapper aux tabassages, prenant le risque de voir leur habitation forcée et d’être eux-mêmes violentés.

Ceci illustre – contrairement à ce que voudrait faire croire Faure GNASSINGBE – que la majorité du peuple togolais – même silencieuse – n’est pas dupe des manœuvres d’un pouvoir politique qui la maltraite depuis plus de quarante ans.

Les incendies pourraient n’être qu’un écran de fumée du pouvoir. Quelles nouvelles turpitudes inconnues à ce jour cette opération contre les marchés de Kara et Lomé le clan GNASSINGBE soucieux de retrouver une majorité à l’Assemblée nationale a-t-on décidé de camoufler ainsi ?

  1. QUELS INTERÊTS LA SITUATION « INSURRECTIONNELLE » VA-T-ELLE SERVIR ?

«…Je déplore les occasions de dialogue gâchées, le temps perdu à tourner en rond et à se complaire dans une posture purement tacticienne alors que les défis s’accumulent chaque jour à nos portes…» Faure Gnassingbé Vœux à la Nation 2013

Les circonvolutions du pouvoir de Faure GNASSINGBE autour d’un axe de gouvernance politique quasi-exclusivement répressive ne présage rien de bon dans l’organisation de prochaines élections législatives annoncées par la Commission électorale nationale indépendante, pour le 24 mars 2013.

Des signes tangibles montrent qu’il veuille s’engager aujourd’hui dans une situation de pourrissement du climat politique et social.

En refusant de tenir sa promesse d’adopter la réforme du Statut général de la Fonction publique, il n’a pas hésité à provoquer délibérément les travailleurs de la fonction publique et leurs syndicats 12.  Depuis 2005 les gouvernements de Faure GNASSINGBE, hier RPT aujourd’hui RPT/UNIR/AGO sont champions, toutes catégories, des promesses sociales non tenues. Qu’il s’agisse des étudiants, des enseignants, des personnels hospitaliers,  et de certaines catégories de travailleurs du secteur privé, hier, et, aujourd’hui, des employés de la fonction publique ou des diplômés sans emploi de l’Institut national de la Jeunesse et des Sports (INJS), jamais aucun des gouvernements n’a été capable de tenir ses engagements. A force de provocation unilatérale et infondée du pouvoir,  la masse des employés et travailleurs togolais pourrait peser de plus en plus lourd dans les conflits en cours.

Pour accompagner ce pourrissement du climat social, Faure GNASSINGBE – après avoir « ressuscité » fin décembre grâce à des opérations d’intox politique savamment orchestrées par son « ministre-aboyeur » Gilbert BAWARA – a débuté l’année 2013 en multipliant la pression sur les partis politiques d’opposition et organisations de la société civile, au moyen de provocations, de tabassages et de molestations, d’arrestations arbitraires en dehors de toute procédure judiciaire.

Ainsi, la série d’incendies semble-t-il d’origine criminelle est devenue prétexte à des arrestations de leaders politiques de l’opposition.

Mais si le pouvoir de Faure GNASSINGBE est aussi transparent qu’il le dit, pourquoi refuse-t-il justement de jouer la transparence de son action politique ? Le fait que ce même pouvoir refuse aujourd’hui une enquête indépendante, serait-il un aveu que les conclusions de l’enquête pourraient être embarrassantes pour lui ? La « majorité silencieuse » des togolais qui n’a pas la mémoire courte, se souvient qu’en 2010, suite à l’incendie de l’Institut Goethe, dont la responsabilité fut attribuée dans un premier temps à l’opposition par le pouvoir de Faure GNASSINGBE, les conclusions de l’enquête renvoyèrent les responsabilités de l’incendie à des proches du dit pouvoir.

Dans un autre registre, les auteurs des exactions à l’encontre des manifestants de l’opposition à Adewi courent toujours. Sont-ils protégés et par qui ?

En fin de compte, dans le Togo de Faure GNASSINGBE, les choses ne changent que dans ses discours mais jamais dans les actes de gouvernance 13.

Ainsi, la question de savoir quels intérêts servira, dans un terme rapproché, cette situation « insurrectionnelle » est non seulement légitime, mais il est indispensable d’en apprécier les incidences. Aucune piste ne peut, en ce moment, être écartée connaissant la duplicité des uns et l’exaspération croissante d’autres.  Cela vient manifestement perturber la période pré-électorale et manifestement Faure GNASSINGBE et son entourage s’emploient activement pour en recueillir les dividendes, que ses séides en soient ou non à l’origine.

  1. RECOMMANDATIONS DU CVU-TOGO-DIASPORA : NE PAS PARTICIPER AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DU 24 MARS 2013

Au rang de ces conditions permettant d’organiser des élections justes et transparentes figurent :

  • l’existence d’une CENI pluraliste dans laquelle sont représentés tous les partis participant au scrutin,
  • des listes électorales établies dans la plus grande transparence,
  • une surveillance et un contrôle stricts des moyens de transmission et de comptage des résultats
  • une Cour Constitutionnelle véritablement indépendante et capable de dire le droit
  • un climat politique libéré de toutes agressions caractérisées à l’encontre des partis politiques d’opposition et organisations de la société civile

A l’examen de la situation actuelle les conditions ne sont pas aujourd’hui réunies qui permettraient d’organiser dans des conditions de transparence absolue – indispensable pour assurer la « Vérité des Urnes » – le scrutin du 24 mars 2013.

Dans ces conditions participer à un tel scrutin équivaut à donner un blanc-seing à Faure GNASSINGBE et lui donner les moyens de légitimer son action au regard de l’opinion internationale. Après 42 ans, durant lesquels le pouvoir RPT, aujourd’hui RPT/UNIR, a systématiquement volé les élections par la force et la violence et la contrainte physique, il est temps d’en finir avec des pratiques frauduleuses cautionnées par la communauté internationale.

Même s’il s’agit d’une décision difficile à prendre qui laisse chacun en face de sa conscience, le courage politique commande de ne pas se prêter à une telle mascarade, en ne présentant pas de candidats, en appelant les électeurs à ne pas se présenter aux bureaux de vote et en appelant immédiatement la mise en œuvre des conditions pour assurer une véritable transition politique 14.

19 Janvier 2012

François FABREGAT

Secrétaire Général

Directeur de la Communication

Pièces Jointes

TOGO : INCENDIES A REPETITION ET MAUVAIS COUPS POLITIQUES !
Titre: TOGO : INCENDIES A REPETITION ET MAUVAIS COUPS POLITIQUES ! (64 clics)
Légende:
Description :
Nom du fichier: cvu-togo-diaspora-2013-01-10-incendies-a-repetition-et-mauvais-coups-politiques-ff.pdf
Taille: 258 kB

Share