La notion du mal ne s’oppose paradoxalement pas d’abord au bien mais bien à celle de l’harmonie au sens de l’excellence et la perfection.

1. L’HARMONIE DE L’ORDRE VIOLEE

Le mal est donc à comprendre comme une imperfection de l’ordre de l’harmonie  et est jugé de manière subjective par chaque individu, chaque peuple, et chaque dirigeant.

La tentation de justifier ou de positiver le mal émerge systèmatiquement dans tous rapports de force entre les êtres humains, les peuples et bien sûr les civilisations. Selon les naturalistes, qui font preuve de réalisme à partir des faits documentés et donc Plus >