Aux États-Unis, être non blanc, c’est à dire avoir une peau noire ou métissée, c’est partager une culture du mépris, de la négation, de l’humiliation, de la ségrégation. On est loin du rêve américain ou plutôt c’est un rêve qui fait reposer le succès des uns sur la servitude des autres.

En définitive, il s’agit bien d’une culture de l’inégalité dans les opportunités de vivre heureux dans un monde en compétition.

Pourtant, la culture dominante aux États Unis est celle véhiculée par ceux qui continuent de croire que Christophe Collomb a découvert un territoire vierge d’ humains. Pourtant la culture qui y sévissait avant l’arrivée des envahisseurs avait des rêgles de coexistence et de paix négociées. Mais tout ceci à été balayé…

La violence vulgaire, la férocité blanche et l’usurpation de l’avenir des Noirs d’Afrique avec leur kidnapping et leur exploitation en Amérique et dans Caraïbes ont formaté la pensée et l’éducation pensées par le système dominant. Un système qui valorise culturellement le “Blanc” au dépens des “non-Blancs”.

Au lieu de s’enfermer dans la critique puérile, les luttes de type terrorisme, et les invectives sans résultats tangibles, qui ont vu l’assassinat de nombreux personnalités noires ou métisses, des responsables de la communauté noire ont choisi d’organiser le retour de la culture de l’estime de soi, de l’affirmation de soi, de la confiance retrouvée et de la vigilance tous azimuts. En fait, une culture de paix et de coexistence pacifique.

Bref, il est question, avec la création et la promotion d’écoles africentriques, de promouvoir une culture afrocentrique par l’éducation.

L’Afrique gagnerait à s’inspirer de ce modèle pacifique.

Merci à Mr. Le directeur d’école, Rafik Kalam qui a compris que tout se joue d’abord dans les contenus enseignés, et la valorisation de ce que les Non-blancs considèrent comme ESSENTIEL à savoir : un devoir de mémoire, une volonté de retrouver la vérité ancestrale , et pourquoi pas, tenter de retrouver une culture de la non violence, de la dignité et du respect de soi et de l’autre.

L’égalité des cultures serait-elle un prélude à l’égalité entre les citoyens blancs et non blancs ? YEA.

7 octobre 2019.
Dr Yves Ekoué AMAÏZO
Directeur Afrocentricity Think Tank

Source de la vidéo : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_j-aime-ma-peau-j-aime-mes-cheveux-cette-ecole-veut-rendre-confiance-aux-enfants-noirs

 

Share