Articles taggés Obasanjo

Un électeur vote - Togo Présidentielle 2010

LA DICTATURE DU STATU QUO ? L’impossible passage en force au Togo

Il est paradoxal que les responsables de l’organisation des élections togolaises n’aient pas spontanément annoncé le taux de participation alors que les électeurs togolais se sont déplacés massivement aux urnes.

1. Pas de taux de participation

Il ne faut pas s’en étonner puisque la liste électorale n’a jamais été affichée et relève de la discrétion du Gouvernement et du Président de la Commission électorale nationale dite “indépendante” (CENI). Tout le problème de la fraude ne peut que provenir d’abord des annonces non convergentes aux niveaux des commissions électorales locales Plus >

Togo Présidentielle 2010 Vote Urne carte Togo

TOGO – présidentielle du 4 mars 2010

Réaction à une question soulevée par la Rédaction de RFI

Voir l’ article de RFI daté du 3 mars 2010, Présidentielle au Togo : une élection sous haute surveillance» Par RFI Bonjour la Rédaction de RFI,

Je rappelle votre question : “Reste une principale interrogation : comment faire pour qu’à la proclamation des résultats, il n’y ait pas de violence ?”…

Le vrai problème est qu’il n’est pas nécessaire d’éviter de parler de ce qui fâche… à savoir la FRAUDE préélectorale (liste électorale non transparente, élimination de 2 candidats, et lors du comptage des voix en 2005.

La fraude a eu lieu dans Plus >

Olusegun Obasanjo

PRESIDENT DE TOUS AU TOGO ? Tripolarisation et tractations postélectorales

Avec une campagne électorale se terminant le 2 mars 2010 et des élections présidentielles prévues le 4 mars 2010, l’Union africaine a décidé d’envoyer, dès le 28 février 2010, sa mission d’observation que dirigera l’ex-Président du Nigeria, Olusegun Obasanjo. Le passé en termes de transparence électorale de ce Monsieur, Président en exercice de l’Union africaine en 2005, n’a d’égal que sa capacité à légitimer sa paix et son statu quo au Togo. En 2005 lors des élections présidentielles, la force, l’entorse au droit, la douleur et le sang sont passés par pertes et profits afin de maintenir un Plus >

14e session ordinaire des chefs d’Etat membres de l’Union africaine

UNION AFRICAINE : Gestion commune ou gestion conservatoire ?

La 14e session ordinaire des chefs d’Etat membres de l’Union africaine (UA) qui s’est tenue à Addis-Abeba du 31 janvier au 2 février 2010 n’a pas échappé à sa tradition. Alors que le thème principal annoncé en fanfare était les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), ce sont les énièmes conciliabules de dernières minutes qui prennent le dessus dans l’actualité. Il s’agit d’une perte de temps importante pour l’organisation alors que ce ne sont pas les sujets qui manquaient. (suite…)

Britain Ibrahim Prize

Gouvernance africaine : Mo Ibrahim ou le prix « Nobel » de la « Vérité »

Lorsqu’un milliardaire africain, Mo Ibrahim, soudanais, a réussi à faire fortune sur le continent dans la téléphonie mobile sans avoir investi dans l’industrialisation du continent, il y a lieu de s’interroger sur ses motivations profondes lorsqu’il met en place un index sur la gouvernance politique. Pour beaucoup, il tenterait par son argent « d’acheter » les chefs d’Etat qui cèdent volontairement le Pouvoir politique. C’est sa façon de participer à l’avènement de la démocratie en Afrique.

1. Démocratie et alternance politique : la fin des stéréotypes sur l’Afrique ?

Le fait de ne pas avoir Plus >

Kadhafi

DE L’UNION AFRICAINE A L’AUTORITE AFRICAINE : Querelles institutionnelles et sécurité alimentaire oubliée

Malgré les nombreuses voix non constructives ou désabusées qui ne voient en l’Union africaine qu’une coquille vide, il faut reconnaître que les chefs d’Etat africains discutent sérieusement de sujets qui fâchent et n’aiment pas rendre tout ceci public. Le Président ougandais Yoweri Museveni a même préféré ne pas se rendre à Sirte en Libye où s’est tenue cette 13e session ordinaire de l’Union africaine, pour éviter certainement des empoignades mémorables, pour ceux qui se souviennent des divergences entre lui et le Guide libyen, Mouammar Kadhafi. Plus >

NIGERIA : Crédibilité et risques en suspens

Le Nigéria, Etat fédéral avec un régime présidentiel, n’a pas été invité au G20 du 2 avril 2009. D’aucuns disent qu’avec l’activisme hors pair de l’ex-Président Olusegun Obasanjo, lequel est resté, au pouvoir entre mai 1999 et mai 2007, cela n’aurait pas été possible. La santé vacillante de l’actuel Président Umaru Yar’Adua y est certainement pour quelque chose. (suite…)

logo-risques-internationaux

NIGERIA : CORRUPTION BALISEE ET NOUVEAU DEPART ?

Selon le baromètre mondial de la corruption de Transparency International (TI), les efforts des gouvernements africains pour lutter effectivement contre la corruption restent une préoccupation importante. La moyenne annuelle de corruption dans le monde est de 28 sur une échelle où 100 correspond au pays le plus corrompu dans le monde et 0 celui qui l’est le moins. Avec un niveau de corruption estimé à 64 et un espoir estimé à 62 que ce fléau va s’améliorer entre 2008-2011, le Nigéria demeure un pays à risque. Ce risque est corroboré par une détérioration de l’index de la perception de la Plus >

Independence monument

Dialogue-facilitation au Togo : Arrangement politique partiel et réductionnisme démocratique

Le 12e dialogue inter-togolais, ouvert le 21 avril 2006 à Lomé a essuyé un sérieux blocage car aucun des véritables sujets sensibles n’ont trouvé de solutions. Il s’agit entre autres de nouvelles élections présidentielles à deux tours, de la réforme de la constitution et des institutions, de la représentation et du vote de la Diaspora et surtout de la refonte du mandat des forces armées togolaises, anti-chambre du pouvoir. Pour sortir d’une crise qui perdure depuis plus de 16 ans, les protagonistes du 12e dialogue ont alors unanimement accepté comme solution intérimaire pour relancer un Plus >

tenture-africaine-palabre

Médiation à l’Africaine : Vers un système d’autorégulation de la paix

Introduction : la palabre africaine a-t-elle un avenir ?

Toute forme de médiation intervient en principe lors de la prévention ou de la résolution d’un différend. Il s’agit soit d’organiser une intermédiation avec pour objectif de trouver un consensus en prévention d’un différend ou de réconcilier des parties en situation de l’après-conflit. Cette action d’entremise passe nécessairement par une forme ouverte et transparente de la négociation, une forme de transaction basée sur un compromis. La médiation peut intervenir à tous niveaux afin de faciliter l’avènement du compromis et de sa mise en Plus >

Haut de page