Questions sur l’actualité du 21 septembre 2011

Les dirigeants africains, ne sont-ils pas les premiers à trahir les principes d’unité de l’UA ? Vraisemblablement oui ! Lors du sommet du 26 août 2011,  la Commission de paix et sécurité de l’Union africaine a rappelé que chaque Etat est souverain et donc  libre de reconnaître le Conseil National de Transition de Libye qui est en train de s’élargir. Face à l’impossibilité de parvenir à un consensus, l’UA cède sur la subsidiarité  et accepte, par dépit, la dispersion des positions africaines. Un aveu d’impuissance !

Les gouvernants africains n’ont pas compris que la règle du consensus ne marche plus à l’UA. Il faut de la transparence et des prises de décisions communes à partir d’une  majorité qualifiée. C’est-à-dire que si 60 % des Etats africains adoptent une mesure, celle-ci doit s’appliquer à tous. Mais cette règle ne convient   pas à tous, on peut citer l’Afrique du sud, l’Angola, l’Algérie, le Nigeria, la Guinée Equatoriale, le Ghana…

En zone franc, des accords de défense avec la France, remaniés récemment, permettent sélectivement aux pouvoirs de perdurer quand cela arrange la France. Ces accords font que la puissance décisionnelle d’Etat est détournée vers la puissance occidentale au lieu de servir d’abord les intérêts de l’unité des Africains. L’UA en sort fragilisée.

Avec un très faible budget de fonctionnement et plus de 70 % des opérations extrabudgétaires financées par l’extérieur, l’UA n’est plus libre.

Alors anticiper les saisons sèches cycliques qui créent la famine, actuellement dans la Corne de l’Afrique, est un défi. Sans consensus et sans budget, les dirigeants africains semblent opter pour le fatalisme, et oublient de financer l’UA. Paradoxalement, c’est le fatalisme qui explique que le Conseil National de Transition Libyen ne prend pas encore au sérieux les discriminations envers les Noirs alors que 25 % des Libyens sont des Noirs. Le CNT assimile les Noirs libyens à des mercenaires qui sont pourtant blancs, arabes et noirs. La Cour pénale internationale est bien silencieuse alors qu’on égorge des Noirs en Libye. Les Occidentaux aussi, puisqu’il n’y a pas de Noirs dans l’actuelle composition du CNT, composée de personnalités de l’opposition libyenne, d’Al Qu’Aïda, des Salafistes (Islam radical), des anciens soutiens de Kadhafi et de vrais démocrates. Ils ont tous en commun de détester Kadhafi et les Noirs. Il faut espérer un démenti rapide du CNT car les massacres des Noirs continuent en Libye. Alors, est-ce pour redonner du poids « économique » à l’UA que l’Afrique du Sud propose Mme Nkiosazan Dlamini-Zuma,  ministre de l’intérieur et ex-femme de Jacob Zuma à la présidence de la Commission de l’UA  pour remplacer Jean Ping ? Réponse en janvier 2012, lors du sommet de l’UA ! YEA.

Ecouter la “Question sur l’actualité du Jour” sur Africa N°1 dans l’émission “La Grande Matinale” d’Eugénie DIECKY du lundi au vendredi  à 6h35 et 8h35.

Pièces Jointes

Qui va diriger l’Union africaine en 2012 : entre union et dispersion des positions
Titre: Qui va diriger l’Union africaine en 2012 : entre union et dispersion des positions (83 clics)
Légende:
Description :
Nom du fichier: africa1-21sept2011-qui-va-diriger-l-ua.pdf
Taille: 344 kB

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Share